Le Traumatisme

Comment en sortir ? Par Jeff Joster

04 Septembre 2020

Jeff Foster est un auteur et enseignant spirituel britannique. Né en 1980, peu de temps après avoir obtenu son diplôme en astrophysique de l'Université de Cambridge, et en proie à un sentiment de malaise psychique et physique malgré sa brillante réussite universitaire, il s’engage dans une recherche spirituelle. C’est en dévorant des ouvrages philosophiques et spirituels qu’il apaisera et soulagera sa dépression

« Le traumatisme par Jeff Foster

Le traumatisme n'est pas un gros monstre noir et effrayant à l'intérieur de nous, une force maléfique mystérieuse travaillant contre nous. 

Le traumatisme est simplement de l'énergie vitale non digérée : Ce sont les larmes que nous avons besoin de pleurer mais que nous n'avons pas encore pleurées, les cris que nous voulions crier mais que nous n'avons pas criés. Ce sont les tremblements laissés inébranlables, la solitude laissée intacte, les sentiments refoulés et étouffés afin de maintenir une image de soi pour rester en sécurité et ne pas s'effondrer.

Ce n'est pas notre faute. 

On ne nous a tout simplement pas appris à laisser la terreur, la rage ou le chagrin nous traverser en toute sécurité jusqu'au bout et nous ne faisions qu'essayer de nous protéger. 

On ne nous a pas montré comment tout ressentir et tout exprimer consciemment. 

Certains d'entre nous, enfants, ont été humiliés ou ridiculisés pour leurs pensées, opinions, croyances. 

Certains d'entre nous ont été jugés ou même punis pour avoir ou montrer certains sentiments.

Certains d'entre nous ont été carrément maltraités et ont dû écraser leur rage authentique, leur chagrin, leur terreur ou leur joie, pour survivre. 

Certains d'entre nous étaient tellement négligés qu'ils se demandaient s'ils existaient.

C'est le passé. 

Dans la sécurité du présent, nous pouvons commencer à dégeler. 

Pour recontacter nos précieux êtres sauvages authentiques. 

Pour nous permettre de penser nos pensées originales, et nous rendre compte que nous n'allons pas être terrassés par un dieu vengeur, ou punis, ou démolis, pour avoir de « mauvaises » pensées. 

Nous sommes libres de penser des univers entiers, de fantasmer, d'avoir de sombres pensées négatives, et des pensées lubriques, et des pensées impies, et les pensées sont juste des pensées, et toutes les pensées sont permises sur l'écran du film de conscience, et la conscience ne juge pas.

Nous n'allons pas mourir de ressentir de la rage, du chagrin ou de laisser la peur nous envahir, ni devenir fous ou perdre le contrôle. Nous pouvons commencer à découvrir que tous nos sentiments sont en sécurité, et nous pouvons les laisser entrer dans notre corps au lieu de réagir et de les fuir en les engourdissant et en fuyant dans l'esprit.

Bref, nous pouvons commencer à apporter l'amour aux régions mal-aimées du corps-esprit, nous pouvons illuminer les endroits douloureux, solitaires et douloureux de l'intérieur avec la lumière chaude et rayonnante de notre curieuse attention. Nous pouvons commencer à nous donner l'amour et l'empathie dont nous étions affamés quand nous étions enfants, commencer à dégeler les endroits glacés, et respirer dans les enfants abandonnés à l'intérieur.

Alors que toutes nos stratégies d'adaptation dépassées ( = ce qui est le traumatisme) commencent à s'effondrer et à se déconstruire à la lumière de l'amour, nous pouvons recontacter toutes les énergies refoulées qui, à l'origine, voulaient juste nous traverser, et découvrir à quel point elles sont vraiment fiables. 

La colère est sans danger, elle ne nous tuera pas. 

La tristesse est sans danger, elle ne nous fera pas nous effondrer. 

La peur est sans danger, elle est inconfortable et intense, mais sans danger. 

La solitude est sans danger, elle peut être chaude et collante et lourde à l'intérieur, mais elle est sans danger.

Nous sortons de notre tête et retournons à notre humanité, à nos corps, à nos cœurs vulnérables et au moment présent lui-même.

Nous n'avons plus à vivre dans la peur et la honte.

Nous pouvons prendre le risque de laisser entrer l'amour. De nous laisser voir sans masque. D'ouvrir nos vérités les plus profondes à d'autres êtres humains sincères, de leur montrer notre maladresse, notre désordre, nos imperfections, de révéler nos pensées secrètes et nos sentiments "honteux", et de les laisser nous aimer pour qui nous sommes vraiment.

C'est l'amour qui guérit les traumatismes. L'amour, le temps, la patience et la volonté de se pencher vers les endroits douloureux, contractés et solitaires à l'intérieur."