Comment choisir son psy ?

7 clés importantes

11 Juin 2020

1- De quel psy ai-je besoin ?

Psychiatre, psychologue, psychothérapeute, psychanalyste… Un amalgame est souvent fait entre ces différents praticiens aux compétences bien distinctes. 

Selon votre besoin, l’un ou l’autre sera mieux adapté. Je vous invite à vous rapporter à l’onglet « Quelles différences entre les psys…. » de mon site pour clarifier le sujet.

Un psychiatre est un médecin spécialisé dans les maladies mentales. Il est le seul habilité à prescrire des médicaments et examens médicaux et établir des diagnostics. Il est le seul à être remboursé par la sécurité sociale.

Un psychologue n’est pas un médecin. Il est en capacité à faire un état des lieux du fonctionnement psychique et pour cela il est habilité à faire des tests d’intelligence et de personnalité. Il accompagne les patients.

Le psychanalyste s'abstient le plus possible d'intervenir pendant que le patient est allongé et raconte le fil de ses pensées sans jugement et sans retenue. C’est le fameux psy qui ne parle pas !

Un psychothérapeute est un praticien ayant lui-même suivi une thérapie, et qui y retourne régulièrement. Il dispose de méthodes et d’outils pour accompagner le patient dans la résolution de sa problématique.

2- Bien réfléchir à la localisation de cabinet. 

Pour certaines personnes un cabinet situé trop loin ou pour lequel le stationnement est trop compliqué peut devenir rédhibitoire et constituer un prétexte pour abandonner la thérapie prématurément quand elle passera par un moment pénible. Au contraire, pour d’autres personnes, le temps de la route est un temps profitable à la préparation du rendez-vous, puis à l’assimilation de ce qu’il s’y est dit.

3- Ponctualité et propreté du lieu

Ponctualité et propreté sont les 2 premières marques de respect que le thérapeute se doit de vous apporter. Si son temps compte (il est d’usage de facturer les rendez-vous non honorés), le vôtre aussi ! La tenue du lieu (odeur, confort, soin, intimité, décoration…) est souvent à l’image de la personne qui y vit. Être à l’aise dans l’environnement proposé par le thérapeute est un indice fiable pour estimer si vous serez à l’aise ensemble.

4- La première impression...

Soyez attentif à votre première impression, notamment lors de la prise de rendez-vous. Les psys ne sont théoriquement pas en mesure de répondre à leur téléphone pendant les entretiens. Donc vous devrez sans doute laisser un message et il vous rappellera. Soyez attentif à la qualité de son message sur le répondeur (vous prévient-il qu’il est en congés et que par conséquent, il est vain d’espérer un rendez-vous rapide… par exemple) et au délai avec lequel il vous recontacte. Vous rappelle-t-il une semaine plus tard ou quelques heures plus tard ? Lors du premier rendez-vous, observez la manière dont il vous accueille, dont il vous salue ou serre la main. Soyez attentif au siège sur lequel il vous propose de vous installer : êtes-vous d’égal à égal, ou y a-t-il une différence de siège ? Que pensez-vous de son allure, de son style, de son look, de son parfum, de sa voix, de ses mimiques, de son ton ? Vous rappelle-t-il une personne que vous connaissez ? Si quelque chose cloche et vous agace, écoutez-vous : Chacun doit faire confiance en ses sensations. Chaque détail compte. Un micro détail inconfortable pourra devenir à un moment donné un obstacle, voire une raison d’abandonner la thérapie.

5- Le premier rendez-vous pour faire connaissance

Le premier rendez-vous est davantage à envisager comme une prise de contact. A l’issu du premier rendez-vous, on doit ressentir une forme d’apaisement, de soulagement, celui d’être écouté, compris. Si cette sensation n’apparait pas, il est inutile de prendre un second rendez-vous avec ce thérapeute. Cela signifie que : soit ce n’est pas la personne qui vous convient, soit vous n’êtes pas prêt. Le premier rendez-vous permet au patient d’exposer sa souffrance et sa problématique ; et au thérapeute d’estimer si il est capacité de l’accompagner et l’aider. Le thérapeute expose aussi son cadre de travail pour permettre au patient de savoir à quoi il s’engage : durée, rythme et prix des séances… Conditions de modification de rendez-vous ? Règle en cas d’absence : doit-on payer quand on ne vient pas ? Comment se déroulent les séances ? …

6- Il n’y a pas que le psy qui pose des questions !

Pour être en confiance, il est important que vous puissiez savoir en face de qui vous êtes. Soyez à l’aise de lui demander sa formation, son parcours professionnel, si lui-même a suivi ou suit parfois une thérapie (le nom de son psy relève de son intimité), si il participe à des covisions ou supervisions de son travail (ce sont des temps d’échanges entre collègues, ou avec un collègue plus expérimenté lors desquels le thérapeute expose ses cas en vue d’un retour critique de ses paires. Cette pratique vise à améliorer la qualité de l’acte professionnel du thérapeute)… Vous allez lui confier une partie intime de vous-même, il est important que vous sachiez à qui vous avez affaire. L’essentiel n’est pas que vous soyez en capacité de juger de la qualité de ses diplômes et parcours professionnel, ce qui est important, c’est la manière dont il répondra à cette question.  Y répond-t-il de manière décontractée, naturelle et franche ? Est-il même plutôt enthousiaste que vous posiez cette question ? Ses diplômes sont peut-être même affichés dans le cabinet ? C’est parfait, sa transparence légitimise votre question. Ou au contraire, il esquive la question, reste flou, abscons, ou même vous répond-t-il par une question du type « D’où vous vient cette méfiance à votre avis ?... » 

7- Se revoir… ou pas !

A l’issue du premier rendez-vous, vous n’êtes pas obligé de poser un prochain rendez-vous. Il est tout à fait possible de se laisser le temps de décanter, voire de faire d’autres premiers rendez-vous avec d’autres praticiens pour comparer. Si il pressent que vous n’êtes pas tout à fait prêt à vous engager, un thérapeute bien attentionné et prudent ne vous forcera pas la main. Il n’est pas rare qu’il vous encourage à prendre le temps de réfléchir et vous invite à le rappeler quand vous serez prêt, vraiment.

Une thérapie réussie c’est avant tout une rencontre et un travail d’équipe !